Expérimentation du Projet Take Care en classes de Terminales L et S

Intervention de Mme de Boer, psychologue, sur les « soins palliatifs », dans le cadre du cours de philosophie.

« Notre société a tellement peur de sa fragilité qu’elle finit par l’oublier en oubliant la mort, en effaçant le rituels, en effaçant les deuils » J. Léonetti

« N’être plus écouté : c’est cela qui est terrible lorsqu’on est vieux » A. Camus

« Ce n’est pas la mort qui est triste mais ce que nous faisons de nos vies » A. Jardin

Voici quelques unes des citations à partir desquelles les élèves de terminales L et S du Lycée Beaupeyrat de Limoges ont été invités à livrer leur réflexion sur la vie, la mort, la finitude et la fragilité   … Ces questions « existentielles » abordées en classe de philosophie ne leur étaient évidemment pas étrangères. Mais, rattachées à la thématique des « soins palliatifs », elles se présentaient pour eux sous un nouvel angle : celui qu’a choisi Mme de Boer, psychologue clinicienne de l’Association Soins et Santé de Limoges, pour expérimenter son projet Take Care auprès des lycéens pour les sensibiliser à la philosophie et à l’éthique des soins palliatifs.

Portant un regard intime sur la maladie et la souffrance inhérentes à la condition humaine, elle a ainsi permis aux élèves, à l’occasion de deux rencontres, les mardi 21 novembre et 12 décembre 2017, de débattre sur des valeurs telles que la dignité, le respect, la bienveillance, l’humilité, la sensibilité.

Alternant les interventions spontanées et le travail de réflexion en groupes, les élèves devaient réagir à des citations d’auteurs ou autres personnalités (écrivains, juristes, politiques, artistes, célébrités) et livrer leurs réflexions sous forme de tweet, un compte twitter ayant été créé spécifiquement pour le projet.

Les interrogations soulevées : Quel regard porter sur l’humain, en particulier dans les situations de souffrance ou de handicap ? Quel comportement adopter face à la maladie, la souffrance sous toutes ses formes ? …..  ont ouvert un débat sur les problématiques des soins palliatifs qui ne les ont pas laissés indifférents.

C’était l’objectif du projet : confronter un public d’adolescents, parfois réticent à aborder ces sujets « graves » dans une société qui valorise la performance et la jeunesse et occulte d’autres dimensions de l’existence, aux responsabilités humaines, en leur faisant comprendre que ces questions ne s’adressaient pas uniquement aux personnes âgées ou malades. « Cette réflexion concerne surtout une population jeune qui prend son envol vers une vie d’adulte ; elle sera confrontée à des responsabilités personnelles, professionnelles et sociétales et s’orientera peut-être vers un métier médical, paramédical, juridique, politique ou médiatique » rappelle Mme de Boer.

Le bilan réalisé à l’issue des séances a révélé que les élèves avaient bien perçu l’enjeu de cet échange. Ils ont apprécié en tout cas ces occasions d’échange qu’ils ont jugées « enrichissantes » et « stimulantes ».

C. Hartman – Professeur de philosophie                                                                                                                                          Citations & tweet des élèves :

« N’être pas écouté : c’est cela qui est terrible lorsqu’on est vieux » Albert Camus

Le fait de se sentir seul et de ne pas être écouté, de n’avoir personne qui nous soutient est une souffrance pour chacun.
Écrit par : Charline, Mégane, Amaury, Maxime et Clotilde

Le propre de l’homme est de vivre en société. Il est écouté et il écoute lui-même. Lorsque cette notion de rapport à l’autre se désintègre, il perd une forme d’humanité. Et se retrouve exclu de la société.

Écrit par : Jeanne, Victoire, Ibrahim, Vincent, Quentin et Bilal

 « Notre société a tellement peur de sa fragilité qu’elle finit par l’oublier en oubliant la mort » Jean Leonetti médecin cardiologue

On choisit ce qu’on veut oublier et ce qu’on veut garder en souvenir, car pour l’être humain il est plus facile d’oublier ses problèmes plutôt que faire face à ceux-ci.

Écrit par : Zoe, Lucas, Odette, Enolia, Fulbert et Laura.

Un beau jour, un grand homme a dit : ″ Ceux qui nous ont aidés à grandir ne doivent pas être abandonnés au moment où ils ont le plus grand besoin d’aide″ (Pape François)

Écrit par : Marie, Chloé, Mathieu, Clara, Danisha et Vincent

L’homme est le seul animal qui sait qu’il va mourir. Il est mortel. Il ne peut pas défier les lois de la nature, mais essaie de défier les lois de la physique.

Écrit par : Jeanne, Victoire, Ibrahim, Vincent, Quentin et Bilal