Archives de catégorie : Non classé

La SÉRIE LITTÉRAIRE en visite à paris

Une journée à Paris pour les Littéraires

Vendredi 3 Mai, 4h40, les 1ères et Terminales Littéraires se rassemblaient dans le hall de la gare des Bénédictins pour une journée parisienne en compagnie de leurs professeurs d’Anglais, de Littérature et d’Histoire. Le temps s’annonçant clément à l’arrivée à Paris, il fut décidé que e serait à pieds et le long des quais que l’on rejoindrait le quartier latin, l’abordant ainsi par l’Ile de la Cité et Notre-Dame autour de laquelle s’activaient ouvriers, architectes, géomètres et autres lasergrammètres ; vision rassurante d’une Grande dame entre de bonnes mains. Après un détour par la sainte-Chapelle et la Conciergerie, nos pas nous menèrent vers le Sénat où nous étions attendus pour une visite historique du Palais du Luxembourg et une vision plus politique de son hémicycle. Après une pause-déjeuner libre, nous rendîmes hommage à quelques grands hommes au Panthéon. Le reste de la journée  fut une découverte de certains grands lieux parisiens, le Louvre, le Palais royal et avant de rejoindre le train, une ultime visite au chevet de Notre-Dame.

Journée riche intellectuellement et historiquement mais aussi physiquement (15 kms à pieds). Rendez-vous est pris pour de nouvelles aventures l’an prochain.

Valérie Galivel

Professeur de Lettres

Voyage en Italie

Début des vacances de printemps, le moment idéal pour se lancer à la conquête de Rome !

Ils nous avaient pris la Gaule, il fallait comprendre comment ils avaient pu réussir. Notre enquête débuta par une rencontre architecturale imposante… Un Colisée… Le « Anfield Road » de la Rome antique. Un lieu de divertissement, aux proportions gigantesques, à la hauteur de la mégalomanie des empereurs. Une visite intérieure, les restes de gradins qui surplombaient une fosse où tout se jouaient : les naumachies, les combats de gladiateurs, les festins malgré eux… L’imagination était suffisante pour revivre cette frénésie sous les « hourras » d’une foule disparue.

Nous sommes ensuite allés vers le forum et le cœur de l’ancienne cité. Déambuler comme d’anciens tribuns dans les allées où certaines décisions pouvaient influencer l’avenir du monde. Pendant quelques instants, nous pouvions percevoir le souvenir retentissant d’une démocratie guerrière.

En quelques pas, un bond dans le temps : Il Vittoriano et son musée sur la réunification de l’Italie. Finies les provinces, un pays renaissait avec l’espoir de retrouver un passé glorieux.

Le jour d’après, sans catastrophe, une matinée dans la villa d’Este. Une porte quelconque, une villa bien décorée et une surprise ! Un havre dissimulé… Un jardin à l’italienne, une ambiance apaisante, avec des coins et des recoins où les fontaines ensorcellent et donnent envie de rester. Nul doute que des dryades s’y baladent quand les visiteurs s’en vont.

L’après-midi, la villa Hadriana. Une petite résidence secondaire de l’empereur Hadrien d’à peine 120 ha… Juste pour les proches…

Le jour suivant, direction Pompéi. Les restes d’une ville calcinée dont l’agresseur surplombe toujours son œuvre. Un instant de l’histoire, figé par le temps, re découvert par une foule de touristes.

Pour le dernier jour, retour à Rome. Visite de Saint-Pierre de Rome et sa coupole. Le panthéon et son oculus. La fontaine de Trévi et le lancer de pièce pour faire la promesse de revenir. La place Navone et sa fontaine des 4 fleuves.

Un dernier repas, un retour enveloppé dans la nuit, un dernier regard en guise de souvenir. L’enquête romaine se refermait sur une compréhension : ils nous avaient peut-être envahis mais ils nous ont laissé de quoi rêver et surtout revenir !

Visite de notre évêque à l’internat

Le jeudi 8 Novembre l’internat de l’Institution Beaupeyrat a eu le plaisir d’accueillir notre évêque Monseigneur Bozo.

Tout juste rentré de Lourdes où il siégeait à la conférence des évêques, il a gentiment échangé avec les internes au sujet de l’étape du chemin de Compostelle accomplie quelques semaines plus tôt.

Il a partagé leur repas en compagnie de Mme La Directrice, les deux cadres d’éducation et leur maitresse d’internat.

Celui-ci fut joyeux et décontracté,  même si Ava et Lucas, les délégués de l’internat placés à droite et à gauche de monseigneur ont eu un peu de mal à vaincre leur timidité et à poser les questions préparées un peu plus tôt avec leurs camarades , sur le « métier » et l’emploi du temps de notre évêque !

Monseigneur  nous quitta après les prières à la chapelle de l’Institution d’où  il apposa le premier tampon sur les crédenciales de nos pèlerins débutants en leur en souhaitant beaucoup d’autres et en concluant d’une phrase de Saint Augustin :

« Il vaut mieux boiter sur le bon chemin que courir sur la mauvaise route !

Une soirée à l’ambiance sympathique à laquelle les internes ne s’attendaient pas !

Patricia Calvas.

Sur le chemin de St jacques

Lorsque j’ai proposé aux internes de marcher sur le chemin de Compostelle toute une journée …j’ai eu droit à des cris d’horreur :

-Comment ? Marcher ?  Mais pourquoi se fatiguer ?

J’ai répondu :

Tout le monde le dit : marcher fait du bien au corps, à l’esprit. Tout le monde peut marcher du plus petit au plus âgé !

Bien sur ; si au départ, on ne regarde que le point d’arrivée, le chemin parait long.  Alors, il faut prendre son temps, marcher à son rythme, pas à pas, respirer, regarder, écouter, ressentir en pleine conscience les choses qui nous entourent…

Quel sentiment de liberté  on peut ressentir, on fait soudain corps avec les autres et avec le monde ! De temps en temps, on rencontre d’autres marcheurs, on se salue, on se sourit, on échange quelques mots, on fait un bout du chemin ensemble…  Des marcheurs, de toutes nationalités, seuls ou en groupe, jeunes ou retraités, des malades même quelques fois.

On revient toujours enrichis de ces rencontres !

Oh ! bien sur il y a des coups de fatigue, des baisses de moral, on trébuche, on s’arrête pour souffler puis un sourire, un bras tendu, un encouragement et on se remet en chemin. Un peu comme dans la vie quoi !?

Sur le chemin on peut parler, chanter, rire, prier, méditer, réfléchir et puis faire silence aussi. Ah !le silence. Marcher en silence,juste marcher, ensemble, d’un même pas, écouter sa respiration, écouter son corps, c’est une expérience à vivre au moins une fois !

Et ce fut le mercredi 17 octobre.

Après une visite guidée de la Collégiale, nous quittâmes Saint Léonard accompagnés par le père Vénitus , nos deux CPE  Marie Christine et Catherine et de Simone une maman d’interne.

Nous avons crapahuté à travers les chemins et les villages de campagne jusqu’à  Aureil, où nous ont rejoint Marie Do l’animatrice en pastorale et deux dames,   deux  “Jacquets” qui ont témoigné de tous ce qu’elles ont vécu en accomplissant le chemin jusqu’à Saint Jacques. Le moment fort fut quand elles nous firent découvrir leurs crédentiales entièrement recouvertes de tampons des différentes étapes qu’elles ont parcourues !

Après un pique nique et la visite de la très jolie église d’Aureil nous repartîmes d’un bon pas vers Feytiat où la fatigue, la chaleur et la soif eurent presque raison de nous, mais un nouvel élan nous gagna à l’approche de Limoges, où nous arrivâmes après plus de 22 km !

Je pensai que la soirée serait des plus calmes, que nenni après le goûter, la douche les requinqua illico presto !!

Le lendemain je relevai « les carnets de route » et voici quelques témoignages dans leur jus…

Dans cette journée nous avons pu communiquer entre nous, tous ensembles. Cette expérience était instructive. Ça a fait du bien, de promener dans la foret, de sentir l’air frais nous avons pu nous retrouver vraiment. Cette journée était bien !!! Prête à recommencer !!! (Ava )

-Dans cette journée nous avons pu nous recueillir avec le Saint esprit, rencontrer, découvrir de nouveau paysage, d’église (très belle). Nous avons rencontré deux personnes qui avaient fait le chemin, donc elles nous ont raconté leur périple. Le père André a animé ce petit voyage. (Ines)

-J’ai ressenti de la paix de la fraternité, j’étais épuisé à la fin mais on m’a aidé (Enzo )

 -Dans cette marche, j’ai ressenti le plaisir d’un effort physique mais aussi le plaisir de passer un moment entre amis qui nous a rapproché et créé des souvenirs marquants (Célian)

 -Cette marche, je pense, restera longtemps un bon souvenir même si je n’en ai fait que la moitié. Elle a permis de passer un bon moment avec les internes ainsi que faire des rencontre comme ces deux femmes ayant déjà fait le chemin de Compostelle, qui nous ont raconté leur expérience. Parfois une pause était nécessaire pour souffler .Malgré la fatigue tout le monde est arrivé au bout dans la bonne humeur. (Pauline)

 J’ai eu mal aux pieds, chaud, soif.

On a bien rigolé avec le père André. Le repas n’était pas tiptop. Bonne expérience tout de même et très instructive, les églises étaient belles avec de belles architectures. Trop envie de faire tout le trajet. (Robin)

 Conclusion nous repartirons c’est sur !

Annulation de la date du salon littéraire chrétien

Madame, Monsieur,

Nous avons reçu ces dernières semaines un certain nombre de signaux d’alarme concernant l’organisation de notre salon annuel.

Désistements de certains auteurs, parfois inattendus et/ou tardifs, souvent en lien avec la concurrence du Salon littéraire du Mans (qui a lieu aux mêmes dates), impact peu encourageant du salon du livre chrétien de Brive, doutes exprimés par certains sur notre capacité à communiquer comparativement à des organisations telles que le Salon de Dijon…

Ces constats nous ont amenés à la décision suivante :

Nous ne voulons pas prendre le risque de maintenir tant bien que mal une manifestation qui ne pourrait pas suffisamment « mettre en lumière » les auteurs qui y participeraient. De ce fait, nous choisissons d’annuler notre Salon prévu les 5 et 6 octobre 2018.

Qu’il soit bien clair qu’il ne s’agit pas d’une annulation définitive mais d’un report.

Ce projet, porté par l’Association des parents d’élèves et l’Institution Beaupeyrat se doit simplement d’être reconsidéré, avec la volonté qu’elle reste une manifestation majeure de la littérature chrétienne en Limousin.

Ce report nous donnera le temps de retravailler le projet sous tous ses aspects, en tenant compte de toutes les remarques (et vos suggestions seront les bienvenues) et nous permettra également, autant que faire se peut, d’éviter les « collisions » avec des manifestations identiques, afin que tous ces projets soient, non pas en concurrence, mais en complémentarité.

Notre équipe, que nous souhaitons élargir, se réunira prochainement afin de lancer une réflexion dont nous ne manquerons pas de vous communiquer l’évolution.

En attendant nous ne saurions trop vous encourager à nous suivre sur notre page facebook :

https://www.facebook.com/SalonLitteraireChretien/

Du courage, de la motivation, de la volonté à poursuivre ce beau projet et à le redynamiser, nous n’en manquons pas. Puisse notre Foi faire le reste !

Bien cordialement

L’équipe organisatrice

Rassemblement Lourdes 7, 8 et 9 Mai 2018

Pendant 3 jours, 75 personnes représentant note établissement (enseignants et personnel éducatif, parents et élèves) ont retrouvé les 13 autres établissements composant le réseau de la compagnie de Marie notre Dame pour un grand rassemblement.

Ce séjour a alterné des grands rassemblements et ateliers d’échanges.

Répétition de notre chant “Jeanne”  avant le 1er rassemblement

Beaupeyrat est bien représenté parmi  plus de 1000 participants

Tous sur scène pour notre chant

Dernier regroupement pour une célébration dans la basilique

Voyage Venise

En avril, les collégiens ont eu la joie de découvrir  Venise et sa merveilleuse lagune. Dès leur arrivée, ils ont emprunté un vaporetto et ont pu admirer les sublimes palais bordant le Grand canal.

Arrivés Place Saint Marc, après l’ascension du Campanile, ils ont pu embrasser une vue d’ensemble de la ville.

Tout au long de leur séjour, les collégiens ont profité d”un superbe et tant attendu soleil et  ont baigné dans l’histoire vénitienne en visitant le palais des Doges, la basilique, différents musées (Coreer, l’Académie), ils ont pu assister à un atelier sur la fabrication des masques.

Une visite des îles Burano et Murano leur ont permis de découvrir les dentelles et les fameux verres et leurs souffleurs.