Voyage en Italie

Début des vacances de printemps, le moment idéal pour se lancer à la conquête de Rome !

Ils nous avaient pris la Gaule, il fallait comprendre comment ils avaient pu réussir. Notre enquête débuta par une rencontre architecturale imposante… Un Colisée… Le « Anfield Road » de la Rome antique. Un lieu de divertissement, aux proportions gigantesques, à la hauteur de la mégalomanie des empereurs. Une visite intérieure, les restes de gradins qui surplombaient une fosse où tout se jouaient : les naumachies, les combats de gladiateurs, les festins malgré eux… L’imagination était suffisante pour revivre cette frénésie sous les « hourras » d’une foule disparue.

Nous sommes ensuite allés vers le forum et le cœur de l’ancienne cité. Déambuler comme d’anciens tribuns dans les allées où certaines décisions pouvaient influencer l’avenir du monde. Pendant quelques instants, nous pouvions percevoir le souvenir retentissant d’une démocratie guerrière.

En quelques pas, un bond dans le temps : Il Vittoriano et son musée sur la réunification de l’Italie. Finies les provinces, un pays renaissait avec l’espoir de retrouver un passé glorieux.

Le jour d’après, sans catastrophe, une matinée dans la villa d’Este. Une porte quelconque, une villa bien décorée et une surprise ! Un havre dissimulé… Un jardin à l’italienne, une ambiance apaisante, avec des coins et des recoins où les fontaines ensorcellent et donnent envie de rester. Nul doute que des dryades s’y baladent quand les visiteurs s’en vont.

L’après-midi, la villa Hadriana. Une petite résidence secondaire de l’empereur Hadrien d’à peine 120 ha… Juste pour les proches…

Le jour suivant, direction Pompéi. Les restes d’une ville calcinée dont l’agresseur surplombe toujours son œuvre. Un instant de l’histoire, figé par le temps, re découvert par une foule de touristes.

Pour le dernier jour, retour à Rome. Visite de Saint-Pierre de Rome et sa coupole. Le panthéon et son oculus. La fontaine de Trévi et le lancer de pièce pour faire la promesse de revenir. La place Navone et sa fontaine des 4 fleuves.

Un dernier repas, un retour enveloppé dans la nuit, un dernier regard en guise de souvenir. L’enquête romaine se refermait sur une compréhension : ils nous avaient peut-être envahis mais ils nous ont laissé de quoi rêver et surtout revenir !